PARIONS SPORT 100€ offert
PLACES POUR TOUS » Football » La rubrique de Jack Amselem: Des Quarts de finale fou fou fou !

La rubrique de Jack Amselem: Des Quarts de finale fou fou fou !

Par Alexis Pascal, le 05-07-2010

photo: www.eurosport.fr

photo: www.eurosport.fr

Après les quarts de finale qui se sont déroulés vendredi et samedi, nous connaissons les affiches des deux demi-finales de cette coupe du monde 2010 : Pays-Bas – Uruguay qui aura lieu mardi soir et Allemagne – Espagne mercredi soir…

Voici l’analyse des 4 rencontres qui ont vu notamment l’élimination de deux favoris de la compétition: le Brésil de Dunga et l’Argentine de Maradonna (tous les deux remerciés après leur échec respectif…).

Pays-Bas 2 – 1 Brésil

Buts : Sneijder (53ème et 68ème) pour les Pays-Bas ; Robinho (10ème) pour le Brésil

Ce match était le premier vrai test pour les deux équipes qui faisaient partie des favoris pour cette Coupe du Monde. En effet, après un premier tour « facile » pour les deux équipes et des huitièmes de finale survolés, la Selecao et les Oranjes offraient une vraie opposition de style entre le Brésil ultra solide défensivement de Dunga et le talent offensif des Pays-Bas symbolisé par le trio Robben-Sneijder-Van Persie…

Et pourtant c’est le Brésil qui ouvre le score par l’intermédiaire de Robinho suite à une mésentente dans l’axe entre Ooijer et Heitinga pour ensuite tromper Stekelenburg. Ce but récompense l’énorme début de match des brésiliens. Les hollandais n’arrivent pas à s’en sortir et on aperçoit très peu Robben et Sneijder tandis que Van Persie est transparent ! A la mi-temps, les Brésiliens reviennent avec ce but d’avance totalement mérité tant ils sont su proposer du beau jeu et contrecarrer les offensives néerlandaises.
En seconde mi-temps, les « oranjes » reviennent avec de meilleures intentions menées par un Arjen Robben virevoltant et à la 53ème minute, suite à une énorme mésentente entre Julio César et Felipe Melo sur un centre de Sneijder, le numéro 10 hollandais égalise, le match est alors relancé. Les néerlandais sont alors transcendés mais s’exposent aux contres brésiliens notamment par l’intermédiaire de Robinho et Daniel Alvés. Wesley Sneijder donne alors l’avantage aux Pays-Bas en trompant son coéquipier de club mais adversaire du jour Julio César  suite à un corner et à une déviation de Kuyt à la 68ème minute. Felipe Melo va alors complètement craquer et se faire expulser suite à un tacle par derrière sur Robben… Malgré les dernières offensives brésiliennes qui resteront vaines, les Pays-Bas se qualifient pour les demi-finales en éliminant le grand Brésil !!!

Les Pays-Bas ont montré durant ce match qu’ils n’étaient pas seulement une somme de talents individuels comme ils l’avaient montré dans les matchs précédents mais aussi une équipe qui sait faire bloc et défendre à 11 en pleine domination brésilienne…
Quant au Brésil, sa force résidait dans son bloc défensif tant décrié et c’est ce qui l’a perdu avec cette énorme erreur de Julio César et de Felipe Melo… Une fois mené au score, le Brésil n’a, à aucun moment, pu renverser la vapeur et à montrer ses faiblesses en attaque…

Uruguay 1 – 1 Ghana (4 – 2 aux tirs au but)

Buts : Forlan (55ème) pour l’Uruguay ; Muntari (45ème +2) pour le Ghana

Cette rencontre était attendue par tout le peuple africain qui espérait voir le Ghana et ses Black Stars continuer leur aventure dans cette Coupe du Monde sur le continent africain. La Céleste pour sa part veut se baser sur sa solidité défensive et sur ses étoiles Forlan et Suarez à l’avant pour continuer leur parcours dans cette Coupe du Monde.

Le début du match est totalement à l’avantage des uruguayens qui rentrent mieux dans la partie que leurs adversaire et font souffrir l’arrière-garde ghanéenne par l’intermédiaire notamment de Suarez. Plus le match avance et plus les Black Stars se montrent entreprenantes à l’image du rennais Gyan et de Boateng. Alors que nous sommes dans le temps additionnel, Suley Muntari trompe le gardien uruguayen Muslera d’un tir subtil des 35 mètres pour permettre à son équipe de rentrer aux vestiaires avec un but d’avance.
A la 55ème minute, Diego Forlan, en bon capitaine, se charge de tirer un coup franc à 25 mètres du but ghanéen et trompe Kingson : l’Uruguay revient au score et Forlan marque son 3ème but du Mondial ! A partir de ce moment-là, les ghanéens et les uruguayens se rendent coups pour coups par les attaquants de pointe Luis Suarez et Gyan. Les uruguayens accélèrent dans le dernier quart d’heure et se créent de nettes occasions mais se heurtent sur le très bon portier Richard Kingson. A la fin des 90 minutes, les deux équipes n’ont pas réussi à forcer la décision et il y aura 30 minutes supplémentaires de prolongations que les ghanéens connaissent bien pour avoir sorti les Etats-Unis lors du tour précédent !
La tension et la crainte de prendre un but capital dans ces prolongations tétanisent les acteurs qui n’offrent que peu d’occasions en cette première période de prolongations.
Les Black Stars sont plus tranchants que les sud-américains en cette deuxième période et à la 120ème minute, l’attaquant Luis Suarez réalise LE geste de la Coupe du Monde : suite à une tête d’Adiyiah qui prend la direction du but, Suarez sur sa ligne, repousse le ballon de la main et se fait logiquement expulser. Le penalty, consécutif à cette main, est tiré par Gyan (auteur d’un doublé lors de la qualification face aux américains) qui expédie le ballon sur la barre… et offre aux spectateurs la deuxième séance de pénalty de la Coupe du Monde !!!
A ce jeu là, les sud-américains sont les plus forts et s’imposent 4 tirs au but à 2…

Les uruguayens, chanceux, se qualifient pour les demi-finales après un match épique et une prolongation complètement folle… On peut condamner ou admirer le geste de Suarez mais il s’est sacrifié pour l’équipe comme l’a reconnu son entraineur.
Quant aux ghanéens, ils furent portés par tout un peuple et tout un continent qui rêvaient de voir une équipe africaine accéder pour la première fois à une demi-finale d’un Mondial. Malheureusement, ils auront manqué de chance dans cette série de tirs au but mais ont confirmé qu’ils étaient bel et bien la meilleure équipe africaine de ces dernières années.

Argentine 0 – 4 Allemagne

Buts : Muller (3ème), Klose (67ème, 88ème) et Friedrich (74ème)

Cette rencontre était l’affiche de ces quarts de finale car il mettait aux prises l’Argentine menée par Lionel Messi et qui a été impressionnante jusque là avec 3 victoires lors de ses 3 matchs de poule et une rencontre bien maitrisée face au talentueux Mexique, et l’Allemagne qui monte au fur et à mesure en puissance comme l’a confirmé sa démonstration face à l’Angleterre en huitièmes avec une victoire 4 – 1.
Le début de match est mené tambour battant par les allemands qui ouvrent le score par la révélation (ou la confirmation) Thomas Muller, auteur de son quatrième but dans cette Coupe du Monde. L’Argentine tente alors de relever la tête en monopolisant le ballon et en s’approchant de la cage adverse sans se montrer réellement dangereuse. Elle s’expose évidemment aux contre-attaques allemandes et Klose est tout proche de doubler la mise à la 25ème. Les argentins continuent de pousser mais se heurtent au bloc défensif allemand et donne le sentiment de ne pas pouvoir trouver de failles tout en s’exposant aux contres très dangereux des allemands…
En seconde mi-temps, les argentins continuent de pousser mais ne trouvent pas les espaces si chers à Messi, Tevez et consorts et n’arrivent pas à prendre de vitesse le bloc allemand parfaitement regroupé dans ses 30 mètres. A force de rester stériles, les « enfants de Maradona » se font punir à la 65ème minute suite à un super travail de fixation de Podolski qui libère Klose et qui marque dans le but vide. Ce but fait très mal aux argentins et Maradona se décide enfin à procéder à des changements avec la sortie d’un défenseur pour l’entrée d’un milieu de terrain offensif… Rien n’y fait et cela va même tourner à la correction lorsque Schweinsteiger mystifie la défense argentine et sert le défenseur central Friedrich qui inscrit le premier de sa carrière sous le maillot allemand. Les argentins n’y arrivent vraiment pas et décident d’y aller en solitaires pour tenter de sauver l’honneur par Messi et Aguero notamment… Cette correction vire à l’humiliation lorsque sur un nouveau contre, Ozil donne un caviar à Klose qui ajuste Romero et égale ainsi Gerd Muller au nombre de buts inscrits en phase finale de Coupe du Monde avec 13 buts.

Ce match a été une véritable démonstration collective de l’Allemagne qui a su parfaitement quadriller le terrain pour faire déjouer les argentins et les punir sur des contres éclairs menés par le carré magique Podolski-Ozil-Muller-Klose…
Tandis que l’Argentine, finalement, reposait sur une addition de talents individuels sans réel fil conducteur au niveau de la stratégie. Malgré les frasques, ce match a montré les limites de Maradona dans un rôle de sélectionneur et ses lacunes tactiques notamment dans l’utilisation de Messi qui aura traversé cette Coupe du Monde comme un fantôme ou presque…

Paraguay 0 – 1 Espagne

Buts : Villa (83ème)

Dernière affiche de ces quarts de finale, cette rencontre semblait la plus déséquilibrée entre un Paraguay efficace en défense et fébrile en attaque et qui atteint pour la première fois de son histoire le cap des quarts de finale, contre une Espagne qui retrouve au fil des matchs son jeu qui l’a emmené sur le toit de l’Europe en 2008 et qui possède un attaquant flamboyant en la personne de David Villa.

Après un début de match soporifique ou il ne se passe rien, la première réelle occasion est à mettre à l’actif des espagnols après une demie heure de jeu et suite à un magnifique enchainement contrôle-reprise de volée qui passe de peu au dessus du but gardé par Justo Villar, le gardien paraguayen. La réaction des paraguayens est tranchante avec le but marqué par Valdez, non validé par l’arbitre car il y avait une position de hors jeu…mais pas de Valdez. A la mi-temps, les espagnols sont heureux de rentrer au vestiaire sans être menés au score  après une première mi-temps ou les paraguayens ont parfaitement su enrayer le « tiqui-taca » espagnol.
En seconde période, le premier quart d’heure est à l’image de la première mi-temps jusqu’à cet accrochage du défenseur espagnol Piqué sur l’attaquant paraguayen Cardozo qui n’échappe pas à l’arbitre qui octroie un pénalty au Paraguay. Cardozo tente alors de se faire justice lui-même mais bute sur un Casillas des grands soirs… Dans la continuité de cet arrêt, David Villa obtient un pénalty suite à une poussette du défenseur Alcatraz. Xabi Alonso s’élance et marque une première fois avant que l’arbitre ne refasse tirer le pénalty à cause de la rentrée massive des joueurs espagnols dans la surface paraguayenne. Alonso retire alors le pénalty qui est stoppé par Villar qui commet ensuite une faute sur Fabregas non signalée par l’arbitre. Le match s’emballe enfin et tour à tour Iniesta et Xavi tentent de faire sauter le verrou paraguayen… en vain.
Jusqu’à cette 83ème minute ou David « Maravilla » Villa reprend un tir de Pedro sur le poteau, sa frappe touchant les deux montants avant de rentrer au fond des filets… A l’ultime minute, Santa Cruz puis Barrios se jouent de la défense espagnole mais tombent sur un Casillas retrouvé et qui sort deux superbes parades pour conserver le résultat de son équipe.

Pour la première fois de son histoire, l’Espagne accède aux demi-finales après avoir vaincu ce très courageux Paraguay et sans montrer son meilleur visage. Néanmoins, l’Espagne possède dans ses rangs un attaquant hors pair capable de marquer des buts formidables comme des buts de renard des surfaces et aussi elle peut de nouveau compter sur San Iker imparable ce soir.
Le Paraguay n’aura pas démérité et aura montré de très belles choses dans ce Mondial s’extirpant en première position de la poule de l’Italie et en encaissant seulement 2 buts durant toute la compétition…

Alexis Pascal
Co-fondateur de Places Pour Tous. J'aime le rugby, le tennis, le 421 et les brochettes bœuf/fromage. Joignable tous les jours (où je travaille). Bonne lecture.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*